L'histoire d'ALSO

Au commencement, il y eut un projet européen, appelé Hungry for Rights. Cette expression pourrait se traduire en français par « Avide de droits ». Avide, comme quand on a faim. Très faim. Les droits sont ceux de l’accès à l’alimentation saine, pour tous, respectueuse des hommes qui la produisent, de ceux qui la consomment et respectueuse aussi de l’environnement.

Ce projet Européen, Hungry for Rights, fut rapidement appelé HFR par ses porteurs italiens. Ceux-ci contactèrent des partenaires en Lituanie, à Chypre, en Ecosse, au Sénégal et en France.

Parlons donc de ce qui se passa en France. Le premier contact français des italiens fut Urgenci, le réseau européen des partenariats locaux et solidaires entre producteurs et consommateurs. Urgenci contacta ETS, échanges pour une terre solidaire, une association Pontoise et le projet des catalyseurs français était né en Picardie. ETS en fut le berceau.

Pour le faire grandir, il y eut, en tuteur respectueux et attentif, Didier. Urgenci continua à superviser l’ensemble de la démarche. ETS accueillit.

En 2013, des réunions d’informations et de recrutement furent organisées sur le bassin creillois. Puis « l’école des catalyseurs » français a commencé. Une quinzaine de personnes y ont participé, dans les locaux d’ETS : selon les termes du projet européen dans lequel elles se trouvèrent, plus ou moins consciemment, impliquées, ces personnes étaient les « catalyseurs ».

L’école des catalyseurs s’est déroulée en 6 sessions, de février 2014 à juin 2014. Chacune des sessions avait pour but de fournir une base d’informations sur et autour du thème de l’alimentation. Ce fut :

  • J1 : Systèmes alimentaires,
  • J2 : Circuits courts et solidarité,
  • J3 : Alimentation, santé, environnement, et visite d’une ferme.
  • J4 : Restauration collective,
  • J5 : Foncier,
  • J6 : Conseils alimentaires.

Ces informations techniques furent complétées par des (in)formations sur le savoir être, sur la tenue de réunion, sur la résolution de conflits…

En complément de cette formation « théorique », il y eut des travaux pratiques, en 3 groupes de travail. Ceux ci ont conduits aux actions listées sur la page « actions passées » de 2013 à 2015.

Fin 2015, le projet européen, le suivi qu’il proposait, les finances qui le soutenaient, se sont arrêtés. L’expérience, intense, était terminée. C’est pour continuer l’aventure qu’un petit groupe de catalyseurs a créé ALSO.